en

Nouvelles

Amikash se tourne vers les entreprises

Destiné au départ aux consommateurs, le site de remises en argent Amikash a aussi séduit quelques petites entreprises, qui y ont vu une façon d’économiser sur les fournitures de bureau ou sur les voyages d’affaires. La plateforme web se tourne maintenant vers ce nouveau marché pour propulser sa croissance, ici comme en France. 

Le site de remises en argent, ou cashback en anglais, permet de magasiner chez quelque 375 marchands en accumulant des ristournes sur vos achats. Postes Canada, Sephora, Souris Mini, RONA, Keurig, Bureau en gros... de nombreuses bannières d’ici et d’ailleurs sont partenaires. Même les géants Amazon, ebay et AliExpress.

Comment ça fonctionne? Par exemple, si vous voulez acheter un téléviseur sur Amazon, vous allez sur le site d’Amikash, vous cherchez l’entreprise et vous serez redirigé sur son site officiel. Vous achetez ensuite votre téléviseur sur Amazon, comme vous l’auriez fait normalement. Même prix, même site. Mais comme vous avez transité par Amikash, la compagnie lui remettra une commission, qui sera partagée avec vous. Dès que vous avez accumulé plus de 50 $ d’économies, Amikash vous envoie un chèque ou un virement bancaire. Le pourcentage des remises varie selon les commerces et parfois selon les produits pour un même détaillant, entre 1 et 8 % pour la plupart. Mais elles peuvent atteindre 12 % et même 35 %. Les commerçants partenaires payent 1200 $ pour s’inscrire, mais les consommateurs ou les entreprises qui y magasinent reçoivent plutôt un montant de 6 $ en guise de bienvenue.
 
Nouveau marché

Depuis le lancement en 2014, la clientèle-cible de l’entreprise est la jeune maman avec deux enfants, qui cherche à économiser temps et argent. C’est en regardant de près ses données que les fondateurs d’Amikash, Alexandre et Geneviève Faucher, ont constaté qu’un petit nombre de ses 100 000 membres — une centaine —, faisait des transactions importantes et récurrentes. Une clientèle payante pour l’entreprise, qui récolte un pourcentage sur les ventes. Le déclic s’est fait. Il y avait une manne à saisir. Café, mobilier, logiciels, frais de livraison, d’hébergement ou de déplacement, encre et papier : Amikash veut montrer aux entreprises et professionnels qui ne la connaissent pas encore que leurs dépenses peuvent leur rapporter de l’argent. Des entreprises trop petites pour avoir des prix spéciaux de leurs fournisseurs, mais qui peuvent ainsi réduire leurs coûts d’exploitation. «On vient augmenter le pouvoir d’achat de ce type de clientèle», fait valoir M. Faucher.

Plus encore, Amikash veut élargir le type et le nombre d’entreprises qui s’affichent sur son site, en attirant les travailleurs autonomes, les professionnels et les petites entreprises. Plus besoin d’avoir déjà un site transactionnel et de vendre des biens. Ainsi, un traducteur à son compte, un notaire ou une petite entreprise de soutien technique ou de construction, par exemple, pourront s’afficher à partir de juin. Évidemment, tous devront promettre une remise en argent.

En France
D’ailleurs, Amikash veut aussi mousser son volet Entreprises en France, où elle vient de lancer sa plateforme. Comme les sites de remises en argent sont nombreux et bien connus, Amikash a besoin de se démarquer pour faire sa place. L’entreprise affirme qu’elle sera la seule à être axée ainsi sur l’entreprise. «En orientant ça vers les petites entreprises et le travailleur autonome, on se distingue vraiment du lot», fait valoir Mme Faucher.
 
Source : Le soleil

Devenez partenaire

TechnoMontréal est fier de pouvoir compter sur des partenaires reconnus et soucieux de développer l'industrie des TIC du Grand Montréal.

En savoir plus >